L'effet de la cryoconservation sur la fonctionnalité des cellules souches mésenchymateuses humaines (CSMh)

Chez Rooster Bio, Brooks Life Science Systems et BioLife Solutions

Les thérapies cellulaires se sont révélées efficaces d’un point de vue clinique et ont le potentiel de révolutionner la médecine. La cryoconservation dans des cryomédias de qualité conforme aux BPF, ainsi que le stockage et le transport dans de l’azote liquide (AL2 ) en phase vapeur sont les méthodes de commercialisation préférées pour les thérapies cellulaires. L’accès de routine aux échantillons des banques de cellules stockés dans de l’AL2 peut exposer les doses adjacentes à des écarts de température susceptibles d’avoir un impact négatif sur la stabilité des cellules congelées.

Le but de cette étude était d’évaluer l’effet de deux moyens de cryoconservation couramment utilisés et d’événements de réchauffement transitoire répétitifs (ERT) sur les cellules souches/stromales mésenchymateuses (CSM) pertinentes d’un point de vue clinique. Elle at également visée à déterminer la manière dont l’incorporation des meilleures pratiques de biopréservation fondées sur des preuves scientifiques peut améliorer les résultats cellulaires obtenus.

La composition des cryomédias a un impact sur la fonctionnalité des CSMh après leur décongélation

Étant donné qu’aucun effet associé aux ERT n’a été observé dans les CSMh après une culture post-décongélation prolongée, les conditions 0 et 20 ERT ont été sélectionnées pour procéder à l’évaluation de leur fonctionnalité à court terme. Les CSMh cryoconservées présentaient une récupération similaire immédiatement après leur décongélation, dans toutes les conditions testées, ce qui a été déterminé par un examen de l’intégrité de leur membrane à l’aide d’un NucleoCounter® NC-3000™. Voir l’illustration : (A) viabilité ; (B) récupération ; et (C) récupération viable.

Après décongélation, les CSMh ont été transférés dans des récipients de culture appropriés pour faciliter l’adhésion et l’expansion des cellules. Les CSMh ont été imagées au microscope avant d’être changées de milieu deux heures après leur décongélation. Les chiffres représentent la moyenne + erreur type de la moyenne (n = 6).

Voir l’ensemble de données dans l’affiche au format PDF.

Conclusion

Les données suggèrent qu’une cryoconservation optimisée peut améliorer la fonctionnalité des CSMh après leur décongélation et réduire la nécessité d’avoir recours à une culture de « sauvetage » post-décongélation pendant une période prolongée. par conséquent, elle est susceptible d’améliorer l’efficacité clinique des thérapies à base de CSMh.

Auteurs

Brian J. Hawkins, Alireza Abazari, Lye Theng Lock, Taby Ahsan, Jon A. Rowley, John Fink et Aby J. Mathew.